img_1022

Notre projet économique sortira les femmes de la précarité

Nov 24 2016
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Le combat contre la précarité sociale des femmes, je le mène au nom de la France, aux Nations Unies en soutenant les droits fondamentaux.

Je le mène en Egypte au sein du quartier de Sœur Emmanuelle en aidant plus de 500 jeunes filles défavorisées à entrer dans les grandes entreprises françaises présentes sur place. Je suis d’ailleurs très heureuse que la première promotion de jeunes filles signe en ce moment même les premiers contrats de travail et que le gouvernement égyptien entende faire de 2017 l’année de la femme.

Ce combat, je le mène au niveau national en étant la Présidente du fonds de dotation pour l’égalité professionnelle au sein duquel les plus grandes sociétés françaises travaillent à la définition et à la mise en place des mesures permettant d’assurer effectivement une égalité de traitement entre les hommes et les femmes.

Ce combat, je le mène ici, sur le terrain, dans ma circonscription auprès des femmes les plus éloignées de l’emploi. J’ai initié pour elles en étroite collaboration avec l’organisme de formation Trajectio, l’AGFOS PME et Pôle Emploi une formation sur le numérique Digit’ELLES qui vise l’insertion professionnelle par l’appropriation de l’outil numérique. 300 femmes ont été formées l’année dernière. Cette initiative fonctionne et je suis très fière de vous informer qu’elle va être étendue à l’ensemble du territoire national pour au moins mille femmes.

Mon engagement ne faiblira pas. Je veux continuer à faire de l’insertion professionnelle des femmes une priorité. J’avais d’ailleurs, aux côtés de François Fillon, engagé en 2002 un effort sans précédent en ce sens. Il faut relancer une démarche car le défi subsiste. Le lien est très clair entre précarité, vulnérabilité sociale et violence. Il faut le rompre par l’emploi. Toutes les femmes sont concernées même si je m’inquiète plus particulièrement de la très forte augmentation des violences faites aux mineures que l’on constate dernièrement et qui devra certainement susciter des mesures spécifiques.  Le redressement économique que nous entendons conduire dans le cadre de l’alternance sera une arme exceptionnelle pour sortir ces femmes de la précarité.